CTM Solutions

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Navigation Community & Tools J'Argonoscope
banniere_JARGONOSCOPE

Retouvez toutes les definitions de l'audiovisuel et de l'informatique professionnel.
Effectuez une recherche par mot clef ci dessous, ou parcourez le glossaire ci dessous.

Rechercher une definition
Commence par Contenant terme exact
All | 1 | 12 | 2 | 3 | 4 | 6 | 7 | A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z
Page:  « Prcdent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 Suivant »

All

Terme Definition
montage sur double couche
Voir bobine A et B.
montage sur simple couche
Voir convertisseur A/N.
montage trajectoire
Montage de durée nulle utilisé comme référence pendant les montages de transition (fondus enchaînés, fondus par volets, etc.) sur les systèmes de montage informatisés.
MOS
Terme utilisé pour la prise de vue sans son. De l'expression pseudo-allemande, « Mit Out Sprechen » (sans parler).
MPEG
La norme MPEG (Moving Pictures Expert Group) est constituée d'un ensemble de formats de compression développés par un groupe d'experts dans le domaine de la vidéo et du son. Outre les formats de compression vidéo et audio (MPEG-2 et MP3, par exemple), la compression MPEG inclut des formats standards destinés au matériel d'indexation, de remplissage et d'étiquetage.
MPEG-2

MPEG-2 Norme ISO/CEI 13818-1. Ce système de compression vidéo a été initialement conçu pour transmettre les signaux audio et vidéo numériques à des taux de compression très élevés.

Il s'agit actuellement du format de référence utilisé dans la plupart des transmissions DTV mondiales. Il est également très répandu dans les créations de DVD, de projets SD et HD et dans une multitude d'applications nécessitant des taux de compression vidéo élevés. Le tableau suivant répertorie les différents niveaux et profils qui constituent la famille MPEG-2. De nombreuses combinaisons sont possibles afin de répondre aux exigences de chaque application. A noter cependant que toutes ces combinaisons seraient impossibles sans la phase préalable de décodage en vidéo de bande de base, suivie de celle de recodage.



Les profils indiquent l’ensemble d'outils de compression utilisé. Les niveaux décrivent le format (qualité d'image) obtenu pour du matériel HD passé en VHS. Le débit est indiqué pour chaque combinaison profil/niveau. Les valeurs mentionnées correspondent aux niveaux et débits maximaux.

Des valeurs moins élevées peuvent être utilisées. Les combinaisons adaptées au HD nouvelle génération sont indiquées en rose. Délibérément asymétrique, le format MPEG-2 est beaucoup plus simple à décoder qu'à coder. C'est pourquoi les prix sont si bas pour les consommateurs et si élevés pour les diffuseurs. Ce codage s'effectue en deux temps. Sensiblement similaire à la compression JPEG, la première phase du codage consiste à compresser les données au format DCT intraframe (images I) puis à leur appliquer un facteur de quantification afin de réduire leur volume.

Au cours de la seconde phase, une compression inter-image permet de calculer le mouvement des macroblocs et de remplacer ces informations par plusieurs images I successives, afin de former un GOP. Le mouvement est ainsi transcrit en vecteurs cinétiques, chacun indiquant une direction et une distance. Le volume de données de tous les vecteurs additionnés est considérablement réduit par rapport à celui requis par les images I. Remarque : le calcul des vecteurs cinétiques n'est pas une science exacte.

La qualité d'image peut varier considérablement selon le type de compresseur MPEG. Cependant, en raison du caractère déterministe de la décompression, tous les décodeurs fonctionneront de la même façon. Le processus de codage passe obligatoirement en revue plusieurs images à la fois, ce qui entraîne des retards considérables. De la même façon, le rendu des images est retardé au niveau du décodeur. Dans le cas des transmissions, ce retard peut atteindre une seconde. De plus, le format MPEG-2 est parfois utilisé sur des circuits de diffusion dits « de contribution », provoquant un retard caractéristique. Lors d'un reportage en direct, par exemple, il se traduit par un décalage entre la question posée en studio et la réponse du journaliste sur le terrain. L’utilisation de taux de compression très élevés est essentielle à la transmission de données vidéo et audio HD dans de bonnes conditions.

A titre indicatif, le matériel HD 10 bits non compressé requiert une vitesse de transfert de 1 244Mb/s. Il s'agit ici de données 10 bits échantillonnées à la norme 4:2:2. Dans le cas de données 8 bits échantillonnées à 4:2:0, la transmission des données doit être de 746 Mb/s. Néanmoins, les canaux de transmission ATSC (19,2 Mb/s) ou DVB (20 Mb/s, variable selon la largeur du canal, notamment) requièrent une compression approximativement supérieure ou égale à 40:1.

Voir aussi : DCT, GOP, compression intra-image, compression interimage. Macrobloc

MPEG-4

La norme MPEG-4 (ISO/CEI 14496) est un format de compression développé par le même groupe d'experts MPEG, actuellement utilisé dans de nombreuses applications. En production audiovisuelle, il est essentiellement lié à la compression vidéo. Les formats MPEG-4 Part 10, AVC (Advanced Video Coding) et H.264 se rapportent tous au même système de compression. Le système en question se base également sur la compression DCT utilisée par le codage MPEG-2. Il permet ainsi de produire des codecs plus efficaces, par le biais de techniques inter-image et intra-image. Plus complexe que le codage MPEG-2, le codage MPEG-4 garantit cependant des compressions de données pouvant atteindre 30 % environ, et parfois davantage.

Les nouvelles générations de services télévisuels sont conçues pour diffuser en MPEG-4, en particulier pour le matériel HD, plus exigeant en ressource de bande passante. Ce nouveau format permet donc d'obtenir une meilleure qualité d'image ou de rendre davantage de canaux sur une même bande passante. La compression MPEG-4 est parfois assimilée au codage WM 9, même s'il s'agit de deux formats différents.

MU/FX ou MUFX
Voir piste M & E.
Multi plateforme (RAID)


Se dit d'un RAID fonctionnant indépendamment du système.


multicaméra
Production ou scène filmée et enregistrée simultanément par plusieurs caméras.
multipiste
Bande magnétique ou magnétoscope capable d'enregistrer plusieurs pistes simultanément.
MXF
Standardisé par la spécification SMPTE 377M, le format MXF (Material eXchange Format) a le soutien du Pro-MPEG Forum. Conçu pour l’échange de ressources entre serveurs de fichiers, bandes continues et archives numériques, il contient habituellement une séquence complète, qui peut comprendre une séquence de clips et des segments de programmes.

Dérivé du modèle de données AAF, il s’intègre parfaitement à ses fichiers et permet ainsi de rapprocher les transferts sur bande et sur fichier. Il facilite le passage des ressources de la phase de post-production basée sur les fichiers AAF à la phase de lecture en transit sur les réseaux standard. Cette configuration permet d’élargir les chemins d’accès aux métadonnées et aux essences, de sorte que les deux formats passent ensemble de la phase de création de contenu à la phase de diffusion. Le corps MXF renferme le contenu (vidéo non compressée, DV, MPEG, par exemple) accompagné d’une séquence entrelacée d’images, chacune avec son audio et ses données essencielles, plus les métadonnées liées à l’image.

www.pro-mpeg.org

MXF interop
format transitoire de copie numérique d’exploitatio
NAB
National Association of Broadcasters (Association nationale des industriels de la radio et de la télévision).
Nagra
Marque d'appareil d'enregistrement audio largement répandue dans les industries de la production et de la postproduction de films.
NAS

QU'EST CE QUE LE NAS ?

Les produits NAS (Network Attached Storage) sont des serveurs de fichiers dédiés.
Cela consiste en une 'Boite Noire' sans clavier, ni souris, ni écran qui s'administre à distance avec un navigateur WEB standard.
Le système d'exploitation est un système simplifié et optimisé pour la gestion des fichiers uniquement, ce qui permet :

D'être plus rapide
D'avoir un système d'exploitation plus réactif et plus stable dédié à une seule tache.

Ce système est compatible aux différents environnements que l'on trouve sur le marché aujourd'hui (Tout dépend des systèmes NAS).
Le paramétrage du système est simplifié grâce à une interface web et est configurable à distance.

QU'EST CE QUI DIFFERENCIE LES SERVEURS NAS ?

Le problème que l'on rencontre aujourd'hui, face à la multitude de NAS disponible sur le marché, est de savoir lequel choisir.
Ce qu'il faut comprendre tout d'abord c'est que les données sont aujourd'hui fondamentales pour une entreprise, autant une application peut être réinstallée facilement à partir du CD original, autant il est compliqué de récupérer des données perdues.

LES DONNEES SONT LE COEUR D'UNE ENTREPRISE ET IL EST NECESSAIRE DE LES PROTEGER!!!!

Le serveur NAS les gère : il se doit donc d'être performant, rapide et sécurisé.


Exemple réseau raccordé à un Nasstor


Les points à vérifier sur un serveur NAS

1/ LA SECURITE DES DONNEES

On ne peut plus se permettre aujourd'hui d'avoir des données enregistrées sur un simple disque dur.
Les solutions RAID (Miroir ou RAID 5 ou 6) qui sont tolérantes à la panne et permettent de continuer à travailler même si un disque dur est tombé en panne.

2/ LES PROTOCOLES RESEAUX

Attention tous les serveurs NAS ne savent pas forcement gérer tous les protocoles réseaux (Windows®, Unix®/Linux®, Mac®, Novell®). Ceux-ci sont indispensables pour une bonne interopérabilité dans votre environnement informatique.

3/ LE BACKUP

Voici un point extrêmement important qui reprend les points sur la sécurité des données. Un serveur NAS gère en général une grande quantité de données, qui peut aller de quelques Giga octets à plusieurs centaines voir des Téra Octets.
Imaginez un plantage total de la solution et une perte totale ou partielle des données. S'il n'y a pas eu de sauvegarde faite sur bande, ce sont des journées de travail perdues et bien d'autres ennuis en perspective.
La solution NAS doit être capable de gérer sa propre sauvegarde (Lecteur seul et également des librairies ou VTL de façon à pouvoir adopter des politiques de sauvegarde efficaces) ou pouvoir être sauvegardée par un serveur de sauvegarde distant (réplication). Ce n'est pas la cas de tous les serveurs NAS. En général, on peut les sauvegarder à distance mais ils ne savent pas forcement gérer les fichiers ouverts et les base de données.

4/ LES PERFORMANCES

Tout dépend de l'utilisation du NAS. Les performances peuvent être un point déterminant.

Il faudra regarder alors :

S'il y a la possibilité d'avoir des liaisons Gigabit Ethernet, (simples ou multiples).

La gestion du RAID (Matériel ou logiciel). Il faudra privilégier le RAID matériel pour plus de performances.

Les disques durs qui sont généralement SATA pour les solutions entrée de gamme et SCSI ou SAS pour le haut de gamme. Il faut relativiser ses besoins par rapport au prix. Le SATA est beaucoup moins cher que le SCSI et le SAS.

Les fonctionnalités réseaux, comme le Load Balancing et l'équilibrage des charges, permettent de répartir la charge réseau sur deux cartes Ethernet distinctes afin d'éviter un goulot d'étranglement et une tolérance à la panne.

5/ LA DISPONIBILTE

En fonction des besoins le NAS devra être plus ou moins tolérant à la panne. Dans certains cas un arrêt de plusieurs heures ne sera pas contraignant alors que dans d'autres il ne devra pas s'arrêter du tout. Des fonctions peuvent répondre à ces besoins.

On retrouvera par exemple :

la Notion de 'Fail Over' pour le réseaux : Elle consiste en l'association de deux (minimum) cartes réseaux (Teaming), qui sont capables de gérer la défaillance d'une carte sans intervention humaine.

La notion de cluster : Certaines solutions ne doivent pas tomber en panne : A cette fin les fonctionnalités cluster peuvent être utilisées. Deux NAS se partageront les mêmes données : lors de la défaillance de l'un d'eux l'autre prendra le relai.

La notion de disques HOT SWAP : La plupart des solutions NAS proposent du RAID 5 ,RAID 6 ou RAID 1 sur deux ou plusieurs disques durs internes sans la fonctionalité d'extraction à chaud. Effectivement, il n'y a pas de perte de données mais l'arrêt du serveur est obligatoire pour changer le disque dur. C'est une opération qui nécessite l'ouverture du serveur et la manipulation de tournevis, alors qu'il existe aujourd'hui des NAS avec des tiroirs hot swap, ce qui permet de ne pas arrêter le serveur. Le changement est simple et, dans certains cas, on verra des disques paramétrés en secours (HOT SPARE).

La redondance : Le cluster en fait partie, mais elle existe aussi pour les alimentations, les contrôleurs RAID et les ventilateurs.

Source Partenaire : Additional Design

NAT
La Translation d'Adresses Réseau (NAT) est une méthode permettant de connecter plusieurs ordinateurs à Internet (ou tout autre réseau IP) en utilisant une seule adresse IP. Ca permet aux particuliers et aux petites entreprises de connecter leur réseau à Internet de façon économique et efficace. Pour une description détaillée du NAT, cliquez ICI.
Négatif
1. Elément de film dont les zones sombres et claires sont inversées par rapport à la scène originale ; l'opposé d'un positif. 2. Pellicule vierge conçue pour saisir une image sous la forme d'un négatif.
négatif original
Pellicule vierge utilisée par la caméra pour filmer une scène.
niveau
Mesure quantitative d'un signal vidéo ou audio. Un niveau bas caractérise les parties sombres en vidéo et les passages doux ou plus calmes en audio ; à l'opposé, un niveau élevé désigne une image vidéo plus vive ou un signal audio plus fort. Le niveau du signal audio est directement proportionnel au volume du son reproduit.
niveau de noir
Voir décollement du niveau de noir.
noir codé
Signal vidéo ne contenant pas les composantes de luminance ou de chrominance (à l'exception du signal de chrominance), mais contenant tous les autres éléments du signal vidéo. Le noir codé est le signal de référence couramment utilisé pour l'étalonnage des échantillons audio et vidéo.
noir et code
Noir vidéo, timecode et piste de contrôle préenregistrés sur bande vidéo vierge. Les bandes contenant du noir et du code sont appelées bandes rayées ou noircies.
Nomenclature système

Terme utilisé pour décrire les normes télévisuelles. Ces normes se présentent sous une forme globalement explicite.

Toutefois, les fréquences de balayage vertical continuent de prêter à confusion. Par exemple, la norme 1080/60I implique une fréquence de 60 trames entrelacées par seconde pour un total de 30 images. La norme 1080/30P correspond donc à une fréquence de 30 images par seconde soumises à un balayage de type progressif.

En principe, le dernier chiffre indique toujours le nombre de rafraîchissements verticaux par seconde. Toutefois, le tableau 3 (ci-dessous) utilise une méthode différente. Il définit les fréquences d'images (nombres d'images complètes), puis le type d'image (entrelacée ou progressive). Dans ce tableau, le code de fréquence d'images 5 équivaut à 30 Hz, ce qui correspond à 30 rafraîchissements verticaux pour des images progressives et à 60 rafraîchissements verticaux pour des images entrelacées. Attention !

Voir aussi : Entrelacé, Progressif

non-linéaire
Relatif à l'accès aléatoire et la manipulation instantanés de n'importe quelle image de matériel sur n'importe quelle piste et dans n'importe quelle couche d'une séquence de montage.
Norme IEEE 1394
Norme internationale matérielle et logicielle destinée au transport des données à 100, 200 ou 300 mégabits par seconde (Mb/s).
NTFS
New Technology File System. Système de fichiers utilisé sur les ordinateurs Windows (WIN NT, 2000, XP, etc…) ce système permets d'ajouter des paramètres de droits / securité sur chaque dossier ou fichier.
NTSC
National Television Standards Committee. Groupe ayant mis au point le système de transmission de la télévision couleur utilisé aux Etats-Unis, affichant 525 lignes d'informations scannées à la fréquence de 30 i/s approximativement. Voir également PAL, SECAM.
Numérisation groupée
Processus automatisé d'enregistrement sur disque (enregistrement numérique) de groupes de clips, de séquences, ou les deux.
numériser
Convertir des signaux vidéo et audio analogiques au format de signal numérique comprimé Avid.
Page:  « Prcdent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 Suivant »
Publicité :
Bannière

linkedin_gray50facebook_gray50Twitter_gray50

Boutons_Location3
Boutons_Thunderbolt_UltraHD

Inscription Newsletters CTM

Inscrivez vous aux newsletters CTM
Email:
Prénom:
Nom:
Verification :

Entrer le texte de l'image

Navigation Community & Tools J'Argonoscope