CTM Solutions

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Navigation Community & Tools J'Argonoscope
banniere_JARGONOSCOPE

Retouvez toutes les definitions de l'audiovisuel et de l'informatique professionnel.
Effectuez une recherche par mot clef ci dessous, ou parcourez le glossaire ci dessous.

Rechercher une definition
Commence par Contenant terme exact
All | 1 | 12 | 2 | 3 | 4 | 6 | 7 | A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z
Page:  « Prcdent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 Suivant »

All

Terme Definition
code caméra
Timecode ajouté au négatif du film au moment du tournage par le biais d'un générateur de code caméra. Les numéros de code caméra sont synchronisés aux numéros de bord sur les épreuves de tournage pendant le processus de transfert télécinéma. Un lecteur de code spécial est requis pour l'affichage du code caméra.
code d'aperçu
Système de numérotation de référence additionnel, tel que les numéros de bord, utilisé par Film Composer pour comparer les séquences numériques possédant des versions de copies de travail en progrès lors de la consultation des listes des modifications.
code de bord
Voir numéros de bord.
code personnel
Partie du timecode réservée au codage des données choisies par l'utilisateur, comme le compte de la vidéo et les numéros de Keykode.
code-barre
Motif de bandes verticales de largeur et d'espacement variables représentant des informations codées. Les codes-barres peuvent être utilisés pour coder le timecode sur le film.
codec
Compresseur/décompresseur. Toute technologie permettant de compresser et de décompresser des données. Les codecs peuvent être mis en place à la fois sur le logiciel et sur le matériel. Parmi les codecs connus, citons : Cinepak, MPEG et QuickTime.
Codec
Le terme codec correspond à la forme abrégée de codeur/ décodeur. Il fait généralement référence à un moteur de compression. Ce terme est source de confusion, car il est souvent utilisé pour désigner soit un codeur soit un décodeur.
compensation
Procédé au cours duquel les trames supplémentaires sont ajoutées ou « compensées » pendant la conversion d’un support 24 i/s en support 30 i/s NTSC ou en bande vidéo PAL à 25 i/s. Cette conversion est un transfert télécinéma film à bande ou une conversion haute-définition (HD) 24i. Des procédures spéciales sont nécessaires lors de l’enregistrement ou de la numérisation pour éliminer les champs de compensation supplémentaires et pour obtenir un véritable montage 24 i/s (à l’heure actuelle, la vidéo PAL avec compensation n’est pas prise en charge par les systèmes Avid).
compensation 2:3
Voir compensation.
composite
Procédé de superposition de deux ou plusieurs images. Les titres, les incrustations et les images dans les images sont des exemples de créations composites.
composition
Terme standard utilisé pour désigner une séquence montée composée de plusieurs clips, dans le format OMFI. C'est en quelque sorte l'équivalent OMF d'une séquence dans un système Avid.
Composition (montage vertical en couches
Processus consistant à ajouter des couches de vidéo statique ou animée pour créer une scène. Il fait appel à l’incrustation et à la correction des couleurs, et requiert de nombreux outils, notamment un générateur d’effets vidéo pour le redimensionnement et le positionnement. Cette opération impliquant généralement l’ajout de nombreuses couches, il est recommandé d’utiliser des équipements non linéaires et de la vidéo non compressée afin d’éviter les pertes de génération. Les nouvelles technologies maintenant très pointues sont un élément clé de la production moderne aussi bien pour le film que pour la télévision – permettant de réduire les coûts tout en apportant de nouvelles possibilités et de nouveaux effets .
compression
1. (Audio) Processus de réduction de la gamme dynamique du signal audio. 2. (Vidéo) Perte de niveau de détail dans les zones blanches ou noires de l'image vidéo due à une mauvaise séparation du niveau du signal. 3. Réduction des niveaux de détail du signal vidéo ou audio, ou les deux, afin de minimiser l'espace de stockage pendant la conversion du format analogique au format numérique Avid. Dans la compression JPEG, par exemple, des algorithmes correspondants à des longueurs d'image variables analysent les informations contenues dans chaque image, et réalisent des réductions permettant de conserver un maximum d'informations. La compression ne supprime aucune image du matériel original. Voir également compression sans perte, compression avec perte.
Compression : introduction et généralité

Le type et le niveau de compression dépendent du domaine d'application. Les équipements destinés au marché de la consommation (DVD, transmission, etc.) disposent d'une bande passante relativement faible et utilisent donc en principe un niveau de compression très élevé (faible débit).

Dans le domaine de la production et du montage en ligne, le niveau de compression est bien inférieur (débit plus élevé), car la qualité de l'image doit être conservée tout au long du processus d'élaboration de la bande originale. Les procédés de compression vidéo reposent tous sur le principe de suppression des informations jugées superflues, appelées détails d'image « redondants ».

Cette technique s'applique aussi bien aux images fixes qu'aux métrages vidéo et cinématographique. Plusieurs procédés peuvent être utilisés simultanément. La technologie numérique a permis le recours à des méthodes complexes, par la suite intégrées dans des puces de compression économiques produites en série.

Tout d'abord, notre perception des couleurs (la chrominance) n'est pas aussi développée que pour le noir et le blanc (la luminance).

La résolution couleur est donc réduite de moitié par rapport à celle de la luminance (par exemple, 4:2:2). Ce procédé s'utilise pour la télévision (NTSC, PAL et numérique).

De même, la perception des détails à faible contraste est inférieure à celle des objets de plus grande taille dont le contraste est plus important. Pour ce faire, un procédé appelé DCT décompose les blocs de 8 pixels de côté des images numériques en différentes fréquences et amplitudes permettant ainsi de réduire (quantifier) les coefficients DTC (fréquences et amplitudes) et donc la quantité de données.

Ce procédé intervient dans la plupart des méthodes de compression vidéo numérique utilisées à l'heure actuelle, notamment dans la compression AVR, DV, HDV, JPEG (à l'exception de JPEG2000) et les images I des formats MPEG-1, 2 et 4 et Windows Media 9. Les images sont ensuite retraitées à l'aide d'un procédé de compression exclusivement mathématique appelé codage Huffman (procédé permettant de réduire les données répétées). Les compressions MPEG-2 et plus récemment MPEG-4 ajoutent une couche de compression en analysant les modifications d'une image à l'autre grâce à l'étude des mouvements des macroblocs de 16 pixels de côté. Seules les données relatives aux mouvements (appelées vecteurs cinétiques) sont transmises. Ces vecteurs constituent des images prédictives (B et P) contenant pour une durée identique beaucoup moins de données que les images I.

En comparaison, la fréquence d'envoi des images entières (images I, plus de données) à la seconde est très limitée. La compression MPEG-2 s'utilise dans toutes les formes de transmission numérique au format DVD et HDV. La compression MPEG-4, plus évoluée et plus efficace, est désormais utilisée pour certains services HD et sera appelée à se répandre très largement dans le cadre du développement des services de télévision nouvelle génération. Ces différents procédés permettent d'obtenir des résultats intéressants. Toutefois, leur utilisation au niveau de la chaîne de production reste soumise à des impératifs de qualité. Plusieurs cycles de compression (compression/décompression) peuvent intervenir tout au long du processus de production et risquent donc de constituer un facteur d'erreur assez important. De plus, de nombreux procédés de compression se basent la perception humaine et peuvent se révéler inadaptés aux tâches de production, de post-production et de montage. C'est notamment le cas des processus nécessitant une qualité d'image supérieure aux limites de perception de l'oeil humain (par exemple, les tâches d'incrustation et de retouche de couleur). Le rendu après décompression peut alors laisser apparaître certains défauts.

Voir aussi : AVR, Vidéo composante, DV, DNxHD, codage Huffman, JPEG, JPEG2000, MPEG-2, MPEG-4

compression avec perte
Méthode de compression au cours de laquelle des données sont perdues, avec détérioration de la qualité de l'image. Le degré de perte dépend de l'algorithme utilisé.
Compression inter-image

Compression inter-image Compression vidéo générant les images prédictives compressées à partir des informations de plusieurs images successives. La compression MPEG-2 avec un GOP supérieur à 1 constitue un exemple typique de compression interimage.

Le flux MPEG-2 contient un mélange d'images I et d'images prédictives de type B (prédiction bidirectionnelle) et de type P (prédiction simple). Les images prédictives ne peuvent pas être décodées séparément des autres images du GOP ; c'est donc l'ensemble du GOP qui doit être décompressé.

Ce système de codage offre des performances satisfaisantes pour la transmission, mais ne possède pas la flexibilité nécessaire aux opérations de montage avancées (le montage s'effectue uniquement au niveau des limites du GOP). Il nécessite également une estimation du mouvement entre chaque image. Cette opération peut s'avérer à la fois très complexe et peu fiable, et générer des artefacts de blocs au niveau de l'image.

Voir aussi : GOP, MPEG-2, MPEG-4

Compression intra-image (compression d'i

Compression vidéo effectuée sur la base des informations contenues dans une seule image vidéo. Toutes les informations permettant de recréer l'image sont donc contenues dans les données compressées correspondantes et fonctionnent indépendamment des images adjacentes.

La compression vidéo intra-image facilite les tâches de montage qui peuvent s'effectuer au niveau des limites de chaque image sans nécessité de décodage ni de recodage.

Les résultats obtenus suite à l'édition vidéo basée uniquement sur les images I constituent la première génération du montage. Les autres opérations (substitutions, fondus, mixages, génération d'effets vidéo de mouvement, etc.) peuvent s'effectuer au niveau du signal de bande de base.

Pour cela, les données vidéo doivent dans un premier temps être décompressées.

Voir aussi : AVR, DV, JPEG, MPEG-2

compression sans perte
Méthode de compression sans perte de données. En compression vidéo, les fichiers de données sans perte sont généralement de très grande taille.
Compression video : concepts

La compression vidéo permet de réduire la quantité de données ou la largeur de bande passante utilisée pour la description des images cinématographiques. La vidéo numérique nécessite une quantité importante de données. Durant l'ère de la SD, de nombreuses méthodes de réduction du volume des données numériques ont donc été développées. La HD nécessite jusqu'à six fois plus de données à 1,2 Gbits/s et 560 Go par heure de stockage. Le besoin en compression se fait donc plus pressant que jamais.

Voir aussi :

Compression : introduction et généralités

conformation d'un négatif de film
Procédé mathématique utilisé par le système de montage pour garantir la précision à l'image des points de montage de la version bande vidéo d'un projet cinématographique (30 i/s), lorsqu'ils sont appliqués à la version finale du film (24 i/s).
conformer
Préparer une version complète du projet à présenter. Il peut s'agir d'une version intermédiaire de la version de travail ou du montage définitif.
consolidation
Opération consistant à effectuer des copies intégrales ou partielles de fichiers médias et à les enregistrer sur le disque. La fonction de consolidation se comporte différemment avec les master-clips, les sub-clips et les séquences.
Contenu
Tout matériel achevé, prêt à être diffusé. Le contenu est le résultat de l’application de métadonnées à une essence (télé, vidéo et audio).
contraste
Gamme des valeurs sombres aux valeurs claires présente dans une image vidéo ou un film.
contretype
Dupliquer. Partie d'une source vidéo ou de film répétée (dupliquée) une ou plusieurs fois dans une séquence montée.
CONTROL + I (Information) Avid Console

Commande "utilisable" dans la console Avid Software

CONTROL + I (Information) on the Timeline

This command prints the following report in the console which provides detail about all clips at the

position of the play head in the timeline. May be useful in some situations for providing information

about shots for music clearance, graphics creation/animation or any other time a list of used shots is

required. For music, note it reports the name of the clip and the total duration used. For graphics

creation, it has the clip name and timecodes. A notsostupid trick.

Clip Name Master Start Master End Duration Source Source Start Source End Drive File

‐‐‐‐‐‐‐‐‐ ‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐ ‐ ‐‐‐‐‐‐‐‐‐ ‐‐‐‐‐‐‐‐ ‐‐‐‐‐‐ ‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐ ‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐ ‐‐‐‐‐ ‐‐‐‐

V2 Boston_22.new.01 01:00:06:21 01:00:10:07 2:25 n/a n/a n/a

V1 Boston_12.new.01 01:00:05:03 01:00:09:07 3:10 n/a n/a n/a

A1 Boston soundtrack.wa 01:00:02:18 01:01:03:06 48:15 n/a 00:59:00:00 01:00:00:19 500GIG (H:) Boston souA01.442C0442C0FF6.mxf

A2 Boston soundtrack.wa 01:00:02:18 01:01:03:06 48:15 n/a 00:59:00:00 01:00:00:19 500GIG (H:) Boston souA02.442C0442C0FF6.mxf

A3 Filler 01:00:00:00 01:01:03:24 51:01 n/a n/a n/a

A4 Boston60.aif.new.01 01:00:04:28 01:01:03:24 47:03 n/a 00:59:00:00 00:59:58:21 500GIG (H:) Boston60.aA01.442C0442C0FF3.mxf

>>>>>>>>>> console@paulsampson.ca 11 <<<<<<<<<<

CONTROL + I (Information) on the Bin

As the report below shows, this provides very little useful information for the editor. Note this report is

with nothing in the bin selected.

‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐BIN INFO start‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐

Bin name 'Lunar B Roll'.

Created by: DELL390, Paul Sampson, , 2007/11/18 11:25:06

Created with: Win, Avid Media Composer 2.7.5, Cecil_PR_R38460

Modified by: DELL390, Paul Sampson, , 2007/11/18 13:51:17

Modified with: Win, Avid Media Composer 2.7.5, Cecil_PR_R38460

Bin named '24 fps Bin' at 'C:\Users\Public\Documents\Shared Avid Projects\24 fps\Lunar B Roll.avb'.

0 selected items.

Total duration of selected items (24fps TC): 0:00

Total items in bin (including hidden): 126

Total links in bin: 135

‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐BIN INFO end‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐

CONTROL + I (Information) with selected Bin contents

This is the most useful Bin Information trick. With items in the bin selected, it provides a report of the

running time of these items. Below we see 57 items selected, with a running time of 4:53. This number

does not tell us how much of this time is Audio, and how much is Video, it simply reports total running

time of all items.

This is used often when performing a batch capture. Before initiating the batch, an editor can

determine how long all the separate items add up to. This allows them to select a drive with enough

space, and know if they have time for a phone call or a long lunch….

‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐BIN INFO start‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐

Bin name 'Lunar B Roll'.

Created by: DELL390, Paul Sampson, , 2007/11/18 11:25:06

Created with: Win, Avid Media Composer 2.7.5, Cecil_PR_R38460

Modified by: DELL390, Paul Sampson, , 2007/11/18 13:51:17

Modified with: Win, Avid Media Composer 2.7.5, Cecil_PR_R38460

Bin named '24 fps Bin' at 'C:\Users\Public\Documents\Shared Avid Projects\24 fps\Lunar B Roll.avb'.

57 selected items.

Total duration of selected items (24fps TC): 4:53:08

Total items in bin (including hidden): 126

Total links in bin: 135

‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐BIN INFO end‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐

contrôleur de montage
Dispositif électronique, généralement informatisé, permettant au monteur de contrôler, de lire et d'enregistrer le matériel avec précision, sur divers appareils à bandes vidéo.
Conversion matchback
Processus permettant de passer de la cadence d'images d'un film à la cadence d'images d'une vidéo.
convertisseur A/N
Convertisseur analogique-numérique. Dispositif permettant la transformation d'un signal variable en continu (analogique) en bits binaires discrets représentant les éléments numériques du signal original.
copie
Tirage positif du négatif du film réalisé en laboratoire. Voir également copie d'étalonnage, copie d'exploitation, copie de travail.
Page:  « Prcdent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 Suivant »
Publicité :
Bannière

linkedin_gray50facebook_gray50Twitter_gray50

Boutons_Location3
Boutons_Thunderbolt_UltraHD

Inscription Newsletters CTM

Inscrivez vous aux newsletters CTM
Email:
Prénom:
Nom:
Verification :

Entrer le texte de l'image

Navigation Community & Tools J'Argonoscope