CTM Solutions

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Navigation J'Argonoscope
banniere_JARGONOSCOPE

Retouvez toutes les definitions de l'audiovisuel et de l'informatique professionnel.
Effectuez une recherche par mot clef ci dessous, ou parcourez le glossaire ci dessous.

Rechercher une definition
Commence par Contenant terme exact
All | 1 | 12 | 2 | 3 | 4 | 6 | 7 | A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z
Page:  « Prcdent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 Suivant »

All

Terme Definition
Pixels carrés

Pixels carrés Les pixels carrés désignent un format d'affichage dans lequel les pixels décrivent une zone carrée de l'image affichée. Ce type de format caractérise notamment les normes de diffusion HD dans lesquelles les formats d'image décrivent la longueur de ligne (nombre de pixels par ligne) et le nombre de lignes, pour un rapport exact de 16:9 (qui correspond également aux proportions d'affichage des images). Certains types de pixels utilisés dans le cadre du format HD ne sont pas carrés.

Le format HDCAM, très répandu à l'heure actuelle, sous-échantillonne les lignes HD de 1 920 pixels et réduit ainsi la luminance à 1 440 échantillons. Il s'agit là d'une fonction réservée au fonctionnement interne de l'enregistreur : les données entrantes et sortantes sont en effet constituées de pixels carrés.

Sur le même principe, le format 1080I HDV(2) se base également sur une luminance à 1 440 échantillons par ligne. Globalement, la pixellisation des images générées par ordinateur repose sur le format carré, ce qui n'est pas le cas des images de télévision HD numérique.

Ce facteur est par conséquent déterminant lors des transferts de données entre différentes applications ou du traitement de la proportion des images (préservation des formes circulaires).

Voir aussi : Anamorphique, Format d'affichage

plan principal
Prise de vue servant de scène de base, dans laquelle tous les plans de coupe et les gros plans sont insérés au moment du montage. Il s'agit généralement d'un plan d'ensemble dans lequel tous les personnages et l'action de la scène sont visibles.
plateau
Effet produit par un équilibreur à plateau dont la courbe de réponse atteint un « plateau » aux extrémités du spectre audio pour une plage donnée du spectre de fréquence (fréquence haute ou basse, par exemple). En égalisation audio, les réglages effectués sur le plateau affectent toutes les fréquences de la plage de la courbe de réponse.
Playlength (minutes)

Commande "utilisable" dans la console Avid Software

Allows “look ahead” to be restricted for faster start of playback

SYNTAX playlength 2

NOTES By default, before the Avid begins to play it maps the entire timeline into memory. This can take a long time. Use playlength to tell the Avid to map only a certain number of minutes into memory, and thereby begin playing faster. Necessary to allow you to work faster when editing in a very long timeline.

Type the command in, and then use the Playlength Toggle button to activate this shorter playlength time when desired.

Playlength is reset upon next startup of the application.

CAUTION In previous versions you simply typed in the command and it worked. Current Avid products require you activate the Playlength Toggle button (which is not mapped by default) before the command takes effect.

poignée de direction
Ligne se prolongeant à partir d’un point de contrôle qui détermine la direction d’une courbe de Bézier. Chaque point de contrôle possède deux poignées de direction. Ces deux poignées affectent la manière dont la courbe passe à travers le point de contrôle. Une des poignées détermine la manière dont la courbe apparaît avant le point de contrôle tandis que l’autre poignée détermine la manière dont la courbe apparaît après le point de contrôle.
point d'entrée
Point de début d'un montage. Egalement appelé marque d'entrée. Voir également plan principal, point de sortie.
point de contrôle
Emplacement sur la courbe de Bézier qui contrôle sa direction. Chaque point de contrôle possède deux poignées de direction qui peuvent dépasser.
point de rupture
En égalisation audio, point à partir duquel la courbe paramétrique d’un plateau donné recommence à tendre vers zéro.
point de sortie
Point final d'un montage, ou marque sur un clip indiquant un point de transition. Egalement appelé marque de sortie. Voir également point d'entrée, plan principal.
point gris
Voir gamma.
point noir
Valeur de luminance dans une image vidéo définie par rapport au noir de référence lors du réglage des couleurs. Comparez-le au white point (point blanc).
points
Points d'entrée et de sortie dans la timeline.
postlecture
Période de temps prédéterminée pendant une prévisualisation lorsque la lecture d'un clip se poursuit au-delà du point de sortie avant l'arrêt ou le rembobinage.
pouvoir de remplissage
Résultat d'une composition spécifiant la lecture d'un média au niveau des clips de remplissage présents dans chaque piste.
prelay
Phase de la postproduction audio au cours de laquelle la musique, les effets sonores, le remplacement du dialogue et les pistes annonce sont ajoutés à la multipiste principal avant le mixage final.
prélecture
Processus de rembobinage des bandes vidéo jusqu’à un point de repère prédéterminé (6 secondes, par exemple) afin que les bandes soient stabilisées et à la vitesse appropriée lorsqu’elles atteignent le point de montage sélectionné (au moment de l’enregistrement ou de la numérisation du matériel source d’un magnétoscope).
première image
Première image du clip d'un film ou d'un segment de vidéo.
prise cerclée
Prise du tournage d'un film repérable pour utilisation ou tirage par un nombre encerclé sur la feuille de rapport image.
prise exclue
Prise n'étant pas sélectionnée pour être incluse dans le produit final.
Pro Logic II™
Technologie de Dolby qui combine cinq canaux audio en un signal codé
matricé sur deux canaux Lt/Rt.
Production cinématographique numérique
La production cinématographique numérique désigne le tournage de films à l’aide de caméras électroniques. A cet effet, un certain nombre de caméras ont été conçues comme alternative au 35 mm : Viper de Thomson, la gamme CineAlta de Sony et DVCPRO HD de Panasonic.

Elles produisent des formats HD, s’exécutent en mode 24i, filment dans une gamme de contraste plus vaste que les caméras de télévision et n’utilisent pas les courbes de correction gamma TV. Origin de Dalsa et D20 d’ARRI permettent d’obtenir de plus grandes images au format Dcinéma, respectivement de 4K et 3 018 x 2 200 de pixels actifs.

La caméra D20 présente également des fréquences d’images comprises entre 1 et 60 images/seconde. Bien que ces caméras constituent une alternative aux caméras 35 mm, toute autre caméra vidéo peut être utilisée dans le cadre de la production cinématographique numérique.

Progressif - Entrelacé (balayage vidéo)

Entrelacé ou progressif: il s'agit là de deux modes de balayage de l'écran du tube à rayons cathodiques utilisé pour l'affichage de l'image.

Dans un cas (le progressif), chaque image est reconstituée au moyen d'un spot décrivant une suite simple de lignes, qui commence en haut et à gauche de l'écran pour s'achever en bas et à droite avant de revenir, évidemment, à son point de départ.
Il n'y a pas d'impératif sur la parité du nombre de lignes (ce nombre peut être choisi pair ou impair)

Dans l'autre (l'entrelacé), le spot descend deux fois plus vite et le nombre de lignes constituant l'image doit être impair.
Une première trame débute encore en haut et à gauche de l'écran mais pour s'achever, cette fois, en bas et au milieu tandis que pour la suivante, le spot repart du même milieu mais en haut de l'écran pour terminer son parcours, cette fois, en bas et à droite.

Deux petits dessins (animés) pour mieux comprendre ?

Progressif: Entrelacé:

Pour ces deux exemples, l'image est composée d'un nombre identique de lignes et affichée un nombre égal de fois par seconde. La quantité d'informations à transmettre est donc la même.
En tenant compte de la rémanence de l'écran, on peut constater que l'affichage entrelacé atténue la perception de défilement sur l'écran.

Tous les systèmes de télévision analogique actuels pratiquent le balayage entrelacé de l'image, pour des raisons de compromis technico-économique concernant l'acheminement hertzien (dit plus simplement: pour réduire autant que possible l'occupation des bandes de fréquences  )
L'affichage sur écran informatique, par contre, est progressif.

vsb

Progressif (balayage)

Séquence de balayage d'image. Le balayage vertical s'effectue de la première à la dernière ligne en une seule passe. La TVHD utilise plusieurs fréquences d'image verticales progressives (rafraîchissement).

La fréquence 24 Hz est très utilisée en raison de sa compatibilité avec le format cinématographique et de sa facilité de conversion vers l'ensemble des formats télévisuels utilisés à l'échelle mondiale. Les fréquences 25 et 30 Hz correspondent aux fréquences d'image SD existantes (celles-ci utilisent toutefois le balayage entrelacé). Les fréquences 50 et 60 Hz sont également prises en charge. Toutefois, en raison des restrictions de bande passante, elles sont limitées en termes de taille d'image (par exemple, 720/60P et 720/50P).

A l'heure actuelle, le balayage progressif s'utilise énormément dans le secteur de la production d'écrans d'ordinateur et d'écrans de téléviseur nouvelle génération. La stabilité des images progressives facilite la perception des détails. Ce type d'image facilite également la tâche des concepteurs (aucune difficulté liée aux différences entre les deux trames d'image).

L'inconvénient du balayage progressif se situe toutefois au niveau de la fréquence de rafraîchissement vertical. A des fréquences de 24, 25 et 30 Hz, fréquences pouvant être utilisées en télévision HD avec les formats 1080 lignes, le phénomène de scintillement risque par conséquent de devenir important. Pour éviter ce phénomène, chaque image doit être traitée de manière à s'afficher deux fois (procédé comparable à la double obturation des projecteurs cinématographiques).

Une faible fréquence de rafraîchissement risque également d'entraîner un problème de fluidité du mouvement (phénomène de bégaiement) lors d'une scène d'action ou lors de plans panoramiques. Grâce au double rafraîchissement vertical par image, le balayage entrelacé possède un avantage dans ce domaine. Voir aussi : 24PsF, Entrelacé

ProHD
ProHD est la version JVC du mode d’enregistrement HDV 720p. Il offre un balayage progressif supplémentaire à 24 images (24P), non applicable au format 1080 lignes. C’est le format idéal pour créer des vidéos présentant l’aspect des productions cinématographiques, des films ou dans le cadre du D-cinéma. En effet, il permet d’éviter le processus de désentrelacement dont les résultats ne sont jamais impeccables. Outre le balayage 24 images, ProHD utilise des formats de compression et de débit identiques à ceux du HDV.
ProHD

JVC propose depuis quelques temps un nouveau format le ProHD, destiné aux reportages News, documentaires. Ce derneir permet d'enregistrer sur carte SDHC au format QuickTime ( .MOV ) pour Final Cut Pro™, et optionnellement sur media SxS compatible avec le format XDCAM EX™ de SONY.

L'enregistrement au format natif d'un système de montage non linéaire élimine l'étape de numérisation, accélérant ainsi le flux de production, avancée sans précédent pour JVC et l'industrie audiovisuelle. Comme le permettaient déjà les camescope de Panasonic (P2) ou Sony (SxS, Xdcam, etc..).

 

Compatibilité totale avec le format de fichier QuickTime pour Final Cut Pro d’Apple™


La gamme ProHD enregistre nativement au format QuickTime. Les clips vidéo sont transférés directement des cartes SDHC vers la fenêtre de montage du logiciel Final Cut Pro™. Il n’y a plus de transcodage ni de conversion de format, d’où un gain de temps et d’espace disque. Du fait qu'il n'y ait pas de ré-encodage, la qualité d’image d’origine est conservée.


Carte mémoire SDHC
La caméra peut accueillir 2 cartes, amenant ainsi sa capacité de stockage jusqu'à 64Go – soit plus de 6 heures* d'enregistrement continu en HD. Le caméscope enregistre automatiquement sur la deuxième carte quand la première est pleine. Quand la deuxième carte est pleine, en fonction de la configuration des menus, l'enregistrement bascule à nouveau sur la première carte, autorisant ainsi une captation illimitée.

Les cartes SDHC sont économiques, fiables et leur concept d'enregistrement génère une baisse de consommation énergétique de 20%, comparé à un système sur bande ou sur disque dur. Le coût par minute d'une mémoire SDHC est comparable à celui d'une bande magnétique. Cela en fait de facto le premier système d'archivage sur mémoire.


Format de fichier XDCAM EX de SONY™


Avec l'adaptateur optionnel KA-MR100G fixé à l'arrière du GY-HM700 ou de certains camescopes de la gamme ProHD, il devient possible d'enregistrer au format MP4 des fichiers XDCAM EX de SONY™ sur cartes SxS, voir également sur les cartes SDHC. Cette solution procure ainsi 2 copies de la captation, assurant une sécurité sans précédent des prises de vues.


D


Codage MPEG2 breveté JVC
L'encodage propriétaire MPEG2 de JVC fournit des flux compréssés jusqu'à 35Mbits/s. Le GY-HM700 délivre des images dans toutes les résolutions HD, à savoir 1920x1080, 1440x1080 et 1280x720.

 

 

 

projection
Présentation des programmes de film et de vidéo ou de la vidéo préliminaire.
projet
Périphérique de données utilisé pour organiser le travail effectué sur un programme ou une série de programmes. Les chutiers, les arrêts et les réglages sont organisés dans la fenêtre Project. Les chutiers de projet contiennent tous vos clips, séquences, effets et pointeurs de fichiers médias.
Protection master
(copie de sauvegarde) Copie (double) d'une bande principale, généralement créée immédiatement après l'enregistrement du master. Elle sert de copie de sauvegarde dans le cas où le master viendrait à être endommagé. dans la RAM sont effacées lorsque l'ordinateur est éteint.
pullin
Terme propre à Avid formé par l'association de Pulldown (compensation) et IN point (point d'entrée). Le pullin est la colonne dans laquelle l’utilisateur établit la phase de compensation du timecode de début comme A, B, X, C ou D. L’utilisateur peut modifier ce champ avant et après l’enregistrement ou la numérisation.
pullout
Terme propre à Avid formé par l'association de Pulldown (compensation) et OUT point (point de sortie). Il s'agit de la colonne dans laquelle l'utilisateur établit la relation de compensation au point de synchronisation du point de sortie (timecode de fin) comme étant A, B, C ou D. Ce champ ne peut pas être modifié par l'utilisateur et est calculé par le système en fonction du pullin et de la durée du clip.
Page:  « Prcdent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 Suivant »
Publicité :
Bannière

linkedin_gray50facebook_gray50Twitter_gray50

Boutons_Location3
Boutons_Thunderbolt_UltraHD

Inscription Newsletters CTM

Inscrivez vous aux newsletters CTM
Email:
Prénom:
Nom:
Verification :

Entrer le texte de l'image

Navigation J'Argonoscope