CTM Solutions

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Navigation Support & Services Le J'argonoscope

Retouvez toutes les definitions de l'audiovisuel et de l'informatique professionnel.
Effectuez une recherche par mot clef ci dessous, ou parcourez le glossaire ci dessous.

Rechercher une definition
Commence par Contenant terme exact
All | 1 | 12 | 2 | 3 | 4 | 6 | 7 | A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

All

Terme Definition
Tolérance à la compression

Les matériaux produisant de bons résultats suite à l'application d'un procédé de compression sont qualifiés de « tolérants à la compression ». Ce facteur peut s'avérer important lors de la transmission impliquant une bande passante de données très limitée et des taux de compression élevés. Les métrages comportant d'importantes zones de couleur uniforme, peu de détail et peu de mouvement (par exemple, les dessins animés, les gros plans et certaines pièces de théâtre) tolèrent en général très bien les procédés de compression. La compression MPEG-2 se base sur les détails spatiaux et sur les mouvements des images.

L'augmentation considérable de ces deux facteurs risque d'affecter la qualité finale de l'image. C'est le cas notamment pour les sports rapides (par exemple, le football). Les images de faible qualité peuvent révéler une faible tolérance à la compression. Les parasites sonores sont interprétés comme des mouvements par les encodeurs MPEG-2 et MPEG-4 et génèrent des informations occupant l'espace nécessaire aux données utiles.

Les conversions de fréquence d'images de faible qualité entraînant des sautes d'image peuvent également fausser l'interprétation des mouvements, augmentant également la quantité de données superflues au détriment des détails spatiaux pertinents. De tels parasites constituent par ailleurs un facteur d'erreur d'interprétation des mouvements, qui peut se traduire par un blocage de l'image. Pour éviter ce type de problème, la chaîne de production doit reposer sur des équipements de qualité.

Le choix du format vidéo peut également s'avérer déterminant. Par exemple, les mouvements sont moins nombreux avec 25 images balayées en mode progressif qu'avec 50 trames entrelacées, ce qui facilite les opérations de compression. Le taux de réussite peut ainsi augmenter de 15 à 20 %.

Publicité :
Bannière

linkedin_gray50facebook_gray50Twitter_gray50

Boutons_Location3
Boutons_Thunderbolt_UltraHD

Inscription Newsletters CTM

Inscrivez vous aux newsletters CTM
Email:
Prénom:
Nom:
Verification :

Entrer le texte de l'image

Navigation Support & Services Le J'argonoscope