CTM Solutions

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Navigation Support & Services Le J'argonoscope

Retouvez toutes les definitions de l'audiovisuel et de l'informatique professionnel.
Effectuez une recherche par mot clef ci dessous, ou parcourez le glossaire ci dessous.

Rechercher une definition
Commence par Contenant terme exact
All | 1 | 12 | 2 | 3 | 4 | 6 | 7 | A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z
Page:  « Prcdent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 Suivant »

All

Terme Definition
Quantification

La quantification se rapporte à l'échantillonnage : il s'agit du nombre de bits utilisés pour réaliser l'échantillonnage numérique d'un signal. En vidéo, la norme 8 bits est très répandue au niveau des produits grand public comme le DV. La vidéo HD utilise également la norme 8 bits. Le format 8 bits peut définir 28 soit 256 nombres ou niveaux assignés à des niveaux de luminosité d'image pour la conversion numérique d'enregistrements vidéo analogiques.

Pour une meilleure précision et une meilleure gestion des différents niveaux de traitement post-production, les applications vidéo de studio utilisent généralement un échantillonnage à 10 bits, générant ainsi 1 024 niveaux.

En principe, la distribution des niveaux entre les zones de lumière et les zones sombres s'effectue de manière linéaire (continue). Toutefois, dans le cas de la numérisation de films négatifs précédant l'intégration dans la chaîne intermédiaire numérique, la distribution s'effectue souvent sous forme logarithmique de manière à resserrer progressivement les niveaux vers les zones les plus sombres de l'image.

En effet, les films négatifs comportent de nombreuses informations de contraste sur la scène d'origine, et les niveaux situés dans les zones sombres ou ombragées sont plus importants et plus visibles que ceux situés dans les zones de lumière. L'échantillonnage logarithmique redistribue les niveaux numériques disponibles en conséquence (d'où l'échantillonnage logarithmique sur 10 bits).

Ce procédé est considéré aussi efficace que la quantification linéaire sur 13 bits. NB : la quantification possède un autre sens.

Voir la section Compression Vidéo 1

Quantification

La quantification désigne le procédé utilisé pour la réduction des données vidéo contenues dans une image I dans le cadre des méthodes de compression DCT (par exemple, AVC, JPEG, MPEG-2 et MPEG-4). La quantification intervenant lors du procédé DCT permet de réduire de manière sélective les coefficients DCT correspondant aux éléments les moins visibles de l'image (fréquences les plus élevées et amplitudes les plus faibles).

La réduction de nombreux éléments à une valeur nulle permet de réduire la quantité de données de manière significative. L'utilisation d'un niveau de quantification constant produit un résultat de qualité homogène avec un débit de donnée variable selon la quantité de détails des images. Il est également possible d'utiliser un niveau de quantification variable.

Ce procédé entraîne alors un débit de données constant mais des images de qualité variable. La quantification variable s'utilise lorsque les données doivent correspondre à une taille de stockage ou à un canal définis (par exemple, lors d'un enregistrement magnétique ou de l'utilisation d'un canal de transmission).

L'objectif est alors de se rapprocher du seuil de capacité de stockage, sans le dépasser. La capacité à atteindre cet objectif constitue l'un des critères d'évaluation de l'efficacité des procédés de compression DCT.

NB : la quantification possède un autre sens. Voir la section Formats Vidéo

r.f.
Voir radiofréquence (RF).
radiofréquence (RF)
Zone à haute fréquence du spectre électromagnétique utilisée pour la transmission des signaux de télévision et de radio. Voir également UHF, VHF.
RAID
Redundant Array of Independent Disks. Normes de dispositif de stockage tolérant les défaillances et permettant la réparation du système si un lecteur ne fonctionne pas correctement. Egalement utilisé pour augmenter le débit des données enregistrées.
RAID

RAID est un acronyme signifiant "  Redundant Array of Inexpensive (ou Indépendent) Disk " ou ensemble redondant de disques indépendants.

Un ensemble (" Array ") de type RAID est une collection de disques agissant comme une unité unique de stockage qui supporte la tolérance de panne de disque sans perte de données et qui fonctionne de façon indépendante des autres sous-systèmes.

Les différents niveaux de RAID

Un groupe de recherche de l'université Californienne de BERKELEY a défini sept niveaux de RAID. Chaque niveau correspond à la manière dont les données sont stockées sur les différents disques (un compromis entre coût, sécurité et vitesse). La compréhension de ces niveaux est importante car chaque niveau est optimisé pour une utilisation différente.

RAID niveau 0  : Mode " STRIPING "

En mode RAID 0, la donnée à stocker est répartie sur différents disques synchronisés. Aucune information de redondance n'est stockée, ce qui en résulte une vitesse de transfert importante. Néanmoins, la moindre panne de disque entraîne la perte irrémédiable de données. Le nombre minimum de disques requis, pour ce mode est de 2. Ce niveau de RAID est aussi appelé mode "  STRIPING ".

RAID niveau 1  : Mode " Mirroring " et " Duplexing "

En mode RAID 1, la donnée est intégralement dupliquée d'un disque sur un autre, d'où une redondance importante en cas de panne d'un disque. Néanmoins ce mode n'admet pas le " HOT SWAP " des disques. Les performances sont supérieures à un disque seul mais le coût du Méga octet est très élevé. Généralement ce mode est réalisé directement par le système d'exploitation de la machine " hôte " ou serveur, entraînant ainsi une charge non négligeable de la CPU. Ce mode requiert au minimum 2 disques et est communément appelé "  MIRRORING  " lorsqu'il est réalisé sur le même canal SCSI, et "  DUPLEXING  " lorsque 2 canaux SCSI sont utilisés.

RAID niveau 2  : Code ECC de HAMMING

En mode RAID 2, chaque bit du mot de la donnée est stocké sur un ou plusieurs disques de données et le système génère et stocke sur un ou plusieurs disques ECC un code de correction d'erreur selon l'algorithme de Hamming. L'avantage de ce système est un taux de transfert possible très élevé et une correction d'erreur à la volée sans dégradation des performances. Néanmoins ce système à 'un coût élevé par rapport aux performances obtenues. D'autre part, aujourd'hui tous les périphériques SCSI possèdent en interne leur propre gestion de correction d'erreur. De ce fait le RAID 2 n'est pratiquement plus utilisé.

RAID niveau 3  : Transfert parallèle avec gestion de parité

En mode RAID 3, la donnée a stocker est répartie ( " STRIPED "  ) en octet sur différents disques synchronisés de données. Le système génère et stocke une parité sur un seul disque de parité. Il en résulte des taux de transfert très importants en lecture mais aussi en écriture. La panne d'un disque de données a très peu d'impact sur la performance et le nombre minimum de disques pour l'utilisation de ce niveau 3 est de 3. La complexité du contrôleur est moyenne en mode RAID 3. Néanmoins, il est très difficile de le réaliser uniquement par logiciel. En réalité, très peu de constructeurs implémentent un réel RAID niveau 3. En général la taille minimum d'une information stockée est de la taille d'un secteur typiquement 512 octets.

RAID niveau 4  : Disques de données indépendants avec gestion de parité partagée

En mode RAID 4, un bloc entier de données est stocké sur un seul disque. Le système génère et stocke une parité de plusieurs blocs provenant de différents disques de données sur un seul disque de parité. Les taux de transferts sont très importants en lecture de larges fichiers mais ce mode est peu performant en écriture. D'autre part, du fait du partage de la parité sur des blocs entiers de données, la reconstruction des données peut s'avérer difficile en cas de panne d'un disque. La panne d'un disque a un impact moyen sur les performances du système. Dans ce mode, les disques de données sont indépendants et ne sont pas lus en parallèle sauf dans le cas où les données proviennent de disques différents. La taille d'un bloc peut varier en fonction de la taille d'un secteur et plusieurs Méga octets suivant le contrôleur utilisé. Le coût du méga octets est relativement faible en mode 4.

RAID niveau 5  : Disques de données indépendants avec gestion de parité partagée et distribuée

En mode RAID 5, les informations sont stockées de manière similaire au mode 4, par contre la parité est générée et stockée de façon distribuée sur les disques de données. Les performances sont importantes pour la lecture de larges fichiers, bonnes pour la lecture de petits fichiers et en mode écriture. D'autre part, du fait du partage distribué de la parité sur des blocs entiers de données, la reconstruction des données peut s'avérer difficile en cas de panne d'un disque. La panne d'un disque a un impact moyen sur les performances du système. Dans ce mode, les disques de données sont indépendants et ne sont pas lus en parallèle sauf dans le cas où les données proviennent de disques différents. La taille d'un bloc peut varier en fonction de la taille d'un secteur et plusieurs Méga octets suivant le contrôleur utilisé.3 Le coût du Méga octet est relativement faible en mode 5. Ce mode requiert au minimum 3 disques.

RAID niveau 6  : Disques de données indépendants avec gestion de parité partagée, distribuée et répartie

Le mode RAID 6 est similaire au mode 5 mais utilise plusieurs disques de parité. De ce fait, le mode 6 admet de perdre plus d'un disque de données et de continuer à fonctionner en mode dégradé.

RAID niveau 7  : Transferts asynchrones optimisés pour importants débits de données

En mode RAID 7, les informations à stocker sont réparties sur plusieurs disques de données avec un ou plusieurs disques de parité. Le mode 7 met en jeu une carte microprocesseur fonctionnant sous un noyau temps-réel qui contrôle toutes les opérations des canaux SCSI hôtes et des disques, le calcul de la parité, la gestion du cache ainsi que la surveillance des disques. Tous les transferts sont en mode asynchrone ce qui accroît de 1,5 à 6 fois les performances en écriture par rapport aux autres niveaux RAID. Ce mode supporte la perte de plusieurs disques suivant le nombre de disques de parité assignés, et d'autre part peut supporter théoriquement 12 canaux hôtes et 48 disques connectés. La plupart des contrôleurs de RAID 7 peuvent être paramètrés et administrés sur une liaison Ethernet à travers un agent SNMP.

Certains constructeurs de contrôleur RAID propose des combinaisons de plusieurs niveaux de RAID, en voici quelques exemples : RAID 5+1ou RAID niveau 1+0  : Combinaison du mode 0 (" STRIPING ") et du mode 1 (" MIRRORING ") Ce mode à l'avantage de combiner les performances avec la sécurité. RAID niveau 53  : Combinaison du mode 0 (" STRIPING ") et du mode 3 Ce mode accroît davantage encore la combinaison des performances avec la sécurité.

 Source Partenaire : Additional Design

RAM
Mémoire vive (Random-access memory). Mémoire vive, non-rémanente de l'ordinateur. Les informations qui se trouvent dans la RAM sont effacées lorsque l'ordinateur est éteint.
rapport signal sur bruit
Rapport entre un signal désiré et un signal parasite.
rayage
Endommagement de la bande vidéo par froissement ou pliage.
recadrage
Redéfinition des limites de l'image, généralement en supprimant électroniquement une partie du haut, du bas ou des côtés droit ou gauche de l'image.
recherche lente
Voir sujet.
recherche lente
Déplacement avant ou arrière image par image. Egalement appelé recherche lente.
recherche rapide
Visualisation de la vidéo à une vitesse supérieure à la normale.
recherche sonore
Recherche dans l'audio à diverses vitesses tout en écoutant la variation de la fréquence du son.
recouvrement
1. Montage dans lequel la vidéo existante, l'audio ou les deux à la fois sont remplacées par le nouveau matériel. 2. Montage au cours duquel le matériel déjà présent sur la piste vidéo ou audio est allongé par l'ajout de nouveau matériel inséré en tout point de la séquence.
référence de piste
Procédé employé pour la lecture des données d'une piste par une autre piste. La piste de référence indique le clip source dans la piste référencée. Voir également vitesse variable.
réflexion spéculaire
Hautes lumières provoquées par la réflexion de la lumière sur un objet dans une image. La réflexion spéculaire n'est pas la méthode de base utilisée pour définir le véritable point blanc d'une image.
renamemediafiles (nothing)

Commande "utilisable" dans la console Avid Software

Renames the files in your OMFI MediaFiles folder

SYNTAX renamemediafiles

NOTES This command renames your OMF media files so the names more closely resemble the actual

clip names. The results are still largely cryptic, as shown below.

217V01.B33A5DBA379FBC1D.omf ‐‐‐> Police.V1.Police Car.omf

217V01.B33A5DBA37BC9B5D.omf ‐‐‐> Police.V1.Prison Bars.omf

CAUTION May cause media, particularly precomputes, to unlink. Will not work in media indexer

(Interplay) environments and should never be used on shared storage anyway. Considered by many users to be dangerous

repairsequences (unknown)

Commande "utilisable" dans la console Avid Software

Attempts to repair sequences in open bins (?)

SYNTAX

NOTES (unknown)

Knowledge base has entries from 1996 (!) only, with no explanation

repère
Marque ajoutée à une image sélectionnée pour désigner un emplacement particulier dans la séquence. Des commentaires créés par l'utilisateur peuvent être ajoutés au niveau des repères.
répéter
Lire une séquence dans la timeline de la prélecture à la postlecture.
répéter la postlecture
Lire une séquence de la timeline de la position actuelle jusqu'à la postlecture.
répéter la prélecture
Lire une séquence de la timeline de la prélecture jusqu'à la position actuelle.
report sur bande
Sortie d'une séquence, généralement enregistrée sur bande.
résolution
Quantité et niveau de détail d'une image vidéo, mesurés le long des axes vertical et horizontal. Généralement, le nombre de points ou de lignes disponibles contenus dans les dimensions horizontale et verticale de l'image. Correspond également au nombre de valeurs de couleurs ou de niveaux de gris pouvant être ajoutées, généralement indiqué en bits, tel que 8 bits ou 24 bits. L'unité point par pouce (ppp) est parfois attribuée à la résolution, bien que sa définition correcte soit la densité de l'écran.
retouche
Procédé d'ajustement des transitions d'une séquence depuis la timeline.
retouche par décalage
Le début et la fin des images du clip changent, car seul le contenu du clip est modifié. Les images précédant et suivant le clip ne sont pas affectées.
retouche par glissement
Les images sortantes (côté A) et entrantes (côté B) sont modifiées puisque le clip reste fixe alors que les données vidéo qui l’entourent sont retouchées.
RIFF wave
Voir WAVE.
RMAG
Removable magnetic disk (disque magnétique amovible). Les RMAG sont utilisés avec un châssis ; chacun pouvant contenir deux modules de disque amovible.
Page:  « Prcdent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 Suivant »
Publicité :
Bannière

linkedin_gray50facebook_gray50Twitter_gray50

Boutons_Location3
Boutons_Thunderbolt_UltraHD

Inscription Newsletters CTM

Inscrivez vous aux newsletters CTM
Email:
Prénom:
Nom:
Verification :

Entrer le texte de l'image

Navigation Support & Services Le J'argonoscope