CTM Solutions

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Navigation J'Argonoscope
banniere_JARGONOSCOPE

Retouvez toutes les definitions de l'audiovisuel et de l'informatique professionnel.
Effectuez une recherche par mot clef ci dessous, ou parcourez le glossaire ci dessous.

Rechercher une definition
Commence par Contenant terme exact
All | 1 | 12 | 2 | 3 | 4 | 6 | 7 | A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z
Page:  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 Suivant »

All

Terme Definition
1080I ou 1080i

Abréviation de résolution 1 080 lignes, balayage entrelacé. Il s’agit du format le plus couramment utilisé en haute définition. Il correspond à 1 080 lignes et 1 920 pixels par ligne, avec balayage entrelacé. Mais la mention 1080I à elle seule ne permet pas de spécifier la fréquence d’images, pouvant être 25 ou 30 Hz, selon les normes SMPTE ou UIT.

Voir aussi : Format d’image CIF, Entrelacé, UIT-R.BT 709, Tableau 3

1080P ou 1080p

Format d’image TV de 1 080 par 1 920 lignes, avec balayage progressif. La fréquence d’images peut être 25 et 30 Hz, comme pour le 1080I, mais également 24, 50 ou 60 Hz. Voir aussi : Format d’image CIF, Progressif, UIT-R.BT 709, Tableau 3

12G (SDI-12G)
Le SDI est une technologie utilisée pour le transfert des signaux Vidéos-Audio professionnels. Ce protocole permet de transporter les signaux entre les appareils sans sacrifier la qualité.

Pour un signal HD en progressif (1080p) une double liaison 3G-SDI est nécessaire (deux cables SDI = transmission sur chacun d'un flux SDI 3G). Il est ainsi possible de transmettre un signal en 1080p 12-bit 4:4:4 ou RGB avec l'audio et les métadonnées. Si votre signal est en HD, le format le plus "gourmand & qualitatif" en bande passante est le 1080p60, il n'est pas nécessaire de d'utiliser pour la transmission autre chose que du 3G-SDI. Il est aussi possible sur ce type de liaison (SDI Dual 3G) de transmettre un signal 2K; mais qu'en est il de la 4K ou de l'utra HD (aussi appelée UHD) ?

Avec la 4K ou avec l'UHD, il sera nécessaire d'utiliser des équipements permettant le tran,sfert (débit) des signaux sur des liaisons le permettant... ainsi une nouvelle norme appelée 6G-SDI est apparue chez les différents constructeurs.

La norme 6G-SDI est une norme SDI qui est destiné à être deux fois plus rapide que la 3G-SDI (2,97 Gbps), ce qui signifie qu'elle permet de fournir une charge utile de 5,94 Gbps.

En effet en fonction des différents formats / cadence images, etc... il est nécessaire d'adapter la liaison :

Les cellules vertes indique un transfert possible via la liaison, les cellules rouges indiquent une bande passante nécessaire trop importante par rapport à la liaison.

13,5MHz

Fréquence d’échantillonnage utilisée pour le codage numérique 601 de la vidéo SD. Cette valeur étant un multiple des fréquences des systèmes de télévision à 525 et 625 lignes, elle permet un certain niveau de compatibilité entre les systèmes numériques. La vitesse d’échantillonnage est telle que les informations de luminance les plus détaillées présentes dans les images en SD sont fidèlement reproduites, même à la fréquence la plus élevée (5,5 MHz). Pour la plupart des normes HD, l’échantillonnage numérique de la luminance s’effectue à 74,25 MHz, soit 13,5 MHz multipliés par 5,5. Voir aussi : 2,25 MHz, UIT-R BT.601

2,25MHz

Il s’agit du plus petit multiple commun aux fréquences de lignes TV 525/59,94 et 625/50, soit respectivement 15,734265 kHz et 15,625 kHz. Bien que rarement évoqué, ce format a son importance puisqu’il constitue la base de toutes les fréquences d’échantillonnage de composantes numériques, pour la définition standard comme pour la haute définition. Voir aussi : 13,5 MHz

24i
Média progressif 24 i/s. Le système Avid génère un média 24i en associant (désentrelaçant) deux trames vidéo pour créer une seule image complète et reconstruite. Dans le cas des transferts film à bande NTSC, Avid génère un média 24i en supprimant les trames supplémentaires ajoutées par la compensation 2:3 et en créant des images progressives.
24P ou 24p

Abréviation du format 24 images, balayage progressif. La plupart du temps, ce format fait référence au format d’image HD à 1 080 lignes et 1 920 pixels par ligne (1 080 x 1 920/24P). Cette fréquence d’images est également utilisée en définition standard à 480 et 576 lignes, avec 720 pixels par ligne. C’est souvent le cas dans le cadre d’un montage hors ligne en 24P haute définition ou pour la création de versions « Pan and Scan » recadrées après conversion en HD. A l’instar

des projecteurs cinématographiques, les écrans 24P ont généralement recours à la technique de double obturation ; chaque image est affichée deux fois ce qui permet de réduire le scintillement susceptible de se produire à cette faible fréquence d’images.

24PsF

Abréviation de 24P Segmented Frame. Ce standard atténue les différences qui existent entre cinéma et vidéo, puisque la capture vidéo s’effectue de façon identique à celle d’un film. Le format de la vidéo permet son enregistrement immédiat en numérique et garantit sa compatibilité avec les infrastructures vidéo haute définition existantes.

Comme c’est le cas pour un film, chaque image est donc capturée instantanément dans son intégralité et non selon un balayage TV ligne par ligne du haut vers le bas où la capture du bas de l’image est effectuée 1/24ème de seconde après la capture du haut de l’image.

Les images sont ensuite enregistrées sur bande sous forme de deux trames (segments), l’une comprenant les lignes impaires et l’autre les lignes paires concordantes dans le temps, et Understanding HD with Avid format 720P offre l'avantage de rafraîchir l'image à une fréquence suffisamment élevée afin de reproduire les mouvements en toute fidélité.

Il est donc recommandé pour la diffusion de compétitions sportives, les ralentis sur des actions, etc. 74,25MHz Fréquence d'échantillonnage couramment utilisée pour la luminance (Y) ou pour les valeurs RVB de la vidéo HD. Equivalant à 33 x 2,25 MHz, cette fréquence fait partie de sont alors parfaitement adaptées aux enregistreurs TV. D’un point de vue électronique, ces images sont strictement identiques à celles d’un film ou d’une transmission télé cinématographique, à la seule différence que la vitesse de l’enregistreur est de 24 images/s.

Cela confère au métrage obtenu un aspect plus « cinématographique ». Toutefois, en raison d'une fréquence d'image plus réduite, le rendu des mouvements peut comporter certains défauts. La norme UIT-R BT. 709-4 inclut également le 25 PsF et le 30PsF. Voir aussi : UIT-R BT. 709

25i
Média progressif 25 i/s. Le système Avid génère un média 25i en associant (désentrelaçant) deux trames vidéo pour ne faire qu'une seule image progressive entière et reconstruite.
2K

Le 2K est un format d’images numérisées à partir d’une pellicule cinématographique de 35 mm, ainsi qu’un format légèrement différent pour la projection en salle de cinéma. En termes de production, il correspond à 1 536 lignes de 2 048 pixels chacune et à une image au format d’affichage 4 x 3. L’échantillonnage 4:4:4 RVB d’une précision logarithmique sur 10 bits permet de transmettre fidèlement la netteté et le contraste des négatifs 35 mm.

Ce format n’est pas utilisé en télévision. Il sert à la numérisation des pellicules 35 mm dans le cadre des effets spéciaux, et de plus en plus fréquemment, de l’étalonnage, du montage et de la mastérisation. Il est cependant possible de sélectionner un affichage 16:9 (1 080 x 1 920) et 4 x 3 à partir du 2K pour la distribution HD et SD à la télévision. Enfin, ce format convient à la reconversion analogique de qualité supérieure ou à la projection directe en D-cinéma. Comme pour la pellicule, l’image d’origine ne s’affiche pas en totalité à l’écran. En projection numérique, le 2K désigne une image de 2 048 x 1 080 lignes offrant un large format d’affichage.

3/4 de pouce U-matic
L'un des premiers formats de cassette vidéo composite, dans lequel le signal composite est enregistré sur une bande de largeur égale à ¾ de pouce. Utilisé pendant de nombreuses années, particulièrement dans les enregistrements en extérieurs, le format U-matic est progressivement remplacé par des systèmes plus performants et plus légers.
3G (SDI-3G)
Le SDI est une technologie utilisée pour le transfert des signaux Vidéos-Audio professionnels. Ce protocole permet de transporter les signaux entre les appareils sans sacrifier la qualité.

Pour un signal HD en progressif (1080p) une double liaison 3G-SDI est nécessaire (deux cables SDI = transmission sur chacun d'un flux SDI 3G). Il est ainsi possible de transmettre un signal en 1080p 12-bit 4:4:4 ou RGB avec l'audio et les métadonnées. Si votre signal est en HD, le format le plus "gourmand & qualitatif" en bande passante est le 1080p60, il n'est pas nécessaire de d'utiliser pour la transmission autre chose que du 3G-SDI. Il est aussi possible sur ce type de liaison (SDI Dual 3G) de transmettre un signal 2K; mais qu'en est il de la 4K ou de l'utra HD (aussi appelée UHD) ?

Avec la 4K ou avec l'UHD, il sera nécessaire d'utiliser des équipements permettant le tran,sfert (débit) des signaux sur des liaisons le permettant... ainsi une nouvelle norme appelée 6G-SDI est apparue chez les différents constructeurs.

La norme 6G-SDI est une norme SDI qui est destiné à être deux fois plus rapide que la 3G-SDI (2,97 Gbps), ce qui signifie qu'elle permet de fournir une charge utile de 5,94 Gbps.

En effet en fonction des différents formats / cadence images, etc... il est nécessaire d'adapter la liaison :

Les cellules vertes indique un transfert possible via la liaison, les cellules rouges indiquent une bande passante nécessaire trop importante par rapport à la liaison.

4:2:2 etc. (sous-échantillonnage

En matière de télévision numérique, les fréquences d’échantillonnage sont définies par des formules abrégées, qui ont, à plusieurs égards, un rapport assez éloigné avec le concept qu’elles décrivent.

Ces formules numériques ne sont pas des nombres absolus, mais expriment des rapports de fréquences d’échantillonnage ; un certain effort d’interprétation est donc nécessaire pour comprendre leur signification précise.

Le terme « sous-échantillonnage de la chrominance » fait référence à ces rapports de fréquence d’échantillonnage. La plupart du temps, les premiers chiffres expriment la luminance (Y) et les deux derniers la chrominance (à l’exception de 4:4:4 ou 4:4:4:4 abordés plus en détail ciaprès).

Le premier chiffre est quasi systématiquement un 4, signifiant que la luminance est échantillonnée une fois par pixel produit dans l’image. Dans quelques rares cas, une fréquence d’échantillonnage plus faible pourra être utilisée pour la luminance.

C’est le cas par exemple du HDCAM, qui a généralement recours au format 3:1:1. Le terme souséchantillonnage désigne l'utilisation d'une fréquence d’échantillonnage inférieure au nombre de pixels final.

Les deux chiffres suivants correspondent aux fréquences d’échantillonnage des composantes de couleur pure numérisée de Rouge-Y et Bleu-Y, intitulées Cr et Cb. Selon le principe télévisuel exploitant les limites de perception de l’oeil humain dans le domaine de la couleur pure, les coupes permettant de réduire la quantité de données sont généralement effectuées au niveau de la chrominance plutôt qu’au niveau de la luminance.

Le format d’échantillonnage le plus couramment utilisé en studio est le 4:2:2 : sur chaque ligne, la fréquence d'échantillonnage des deux composantes de couleur est deux fois moins élevée que la fréquence d'échantillonnage de luminance.

Le format 4:1:1, utilisé par certains formats DV et par le DVCAM, effectue, sur chaque ligne, un échantillonnage de Cr et Cb tous les 4 points d’échantillonnage de Y. Il permet néanmoins d’atteindre un niveau de détail de chrominance supérieur au PAL ou au NTSC.

On peut également raisonner de la façon suivante : si on effectue un sous-échantillonnage horizontal de la chrominance, comme c’est le cas en 4:1:1, la même opération réalisée dans le sens vertical devrait, en toute logique, permettre une répartition plus uniforme des informations de couleur. Ainsi, au lieu d’échantillonner Cr et Cb sur la même ligne, l’échantillonnage de Cr s'effectue sur la première ligne et celui de Cb sur la deuxième.

La fréquence d’échantillonnage augmente alors sur chaque ligne pour passer à une valeur Y sur deux. Ce type de procédé est appelé échantillonnage 4:2:0 (soit 4:2:0 sur une ligne et 4:0:2 sur la suivante) utiliséen MPEG-2 et dans la plupart des processus de compression JPEG.

En règle générale, il est conseillé d’associer aux images un signal clé (signal alpha). Pour synthétiser, une image clé est une image complète dont on n’a gardé que les valeurs de luminance. Il est donc logique d’ajouter le chiffre 4 à la formule ; on parle alors de format 4:2:2:4. Techniquement parlant, le 4:4:4 peut correspondre à un échantillonnage complet du RVB ou, beaucoup plus rarement, des signaux des composantes Y, Cr et Cb.

Si un canal clé est associé au RVB, on parle alors de codage en 4:4:4:4. Dans certaines situations, des techniques non standard seront plus indiquées, telles que le sur-échantillonnage, qui permet une amélioration de la qualité d’image, à condition d’être traité correctement.

Vous pourrez voir dans ce cas des formats de codage du type 8:8:8, correspondant à deux échantillonnages par pixel dans le cas du RVB.

Ce rapport d’échantillonnage est utilisé aussi bien en SD que pour la vidéo haute définition. Même si la taille d’échantillonnage est généralement 5,5 fois supérieure, le format 4:2:2 reste le plus largement répandu en studio HD.

Pourquoi le chiffre 4 ? En toute logique, le premier chiffre devrait être un 1, qui représenterait une relation d’équivalence avec les pixels de 1:1, mais les normes télévisuelles restent largement tributaires des formats existants. En effet, au début des années soixantedix, les premières tentatives de numérisation de signaux de télévision portaient sur des formats PAL et NTSC codés.

Dans un cas comme dans l’autre, la fréquence d’échantillonnage devait nécessairement être calquée sur celle de l’onde sousporteuse couleur, elle-même régie par un rapport fixe du nombre de lignes/fréquences d'images. En NTSC, la fréquence du signal de sous-porteuse équivaut à 3,579545 MHz et celle du standard PAL-I à 4,43361875 MHz. En comparaison, l’échantillonnage des systèmes numériques équivaut généralement à 4 fois le signal de sous-porteuse NTSC ou 3 fois le signal pour le PAL, soit respectivement 14,3 et 13,3 MHz.

Une nouvelle étape déterminante a ensuite été franchie avec l’apparition de la vidéo à composantes Y, B-Y et R-Y (valeur de luminance plus deux composantes de couleur pure, appelée également signal de différence de couleurs), simplifiant considérablement le traitement de toutes les opérations courantes effectuées sur les images (redimensionnement, lissage, conversions à diverses normes ou compression, entre autres).

La même logique a été conservée dans le cadre du développement de la norme d’échantillonnage pour ce type de vidéo. Une certaine harmonisation entre les deux systèmes de balayage 525/60I et 625/50I utilisés dans les différents pays a également été introduite. Cette norme est connue sous le nom de norme UIT-R BT.601 pour l’échantillonnage SD. ‘601’ définit la fréquence d’échantillonnage de la luminance à 13,5 MHz (produisant 720 pixels par ligne active) et chaque signal de différence de couleurs à la moitié de cette fréquence, soit 6,75 MHz.

Et pour la petite histoire, on s’aperçut un beau jour que cette valeur de 13,5 MHz était quasiment identique aux 14,3 MHz équivalent à 4 fois le signal de sous-porteuse du NTSC. En poussant un peu plus loin le raisonnement, il aurait été facile d’établir une correspondance encore plus proche entre cette fréquence de 13,5 MHz et la multiplication par 3 du signal de sous-porteuse du standard PAL, ce qui aurait permis de simplifier largement le jargon pour le moins complexe utilisé actuellement. Voilà pourquoi ce nombre qui aurait pu être un 3 et aurait dû être un 1 est devenu par convention un 4.

En haute définition, les fréquences d’échantillonnage étant 5,5 fois plus rapides que pour la SD, l’échantillonnage 4:2:2 largement répandu en studio équivaut en réalité à 74,25 MHz pour les valeurs Y et 37,125 MHz pour Cr et Cb.

 

4K

Le 4K correspond à un format d’images de production de films numériques de 3 072 lignes de 4 096 pixels chacune, soit quatre fois la définition du 2K. Chaque image comportant 32 Mo de données, la lecture et le traitement de rushes 4K en temps réel requièrent une station de travail puissante, sans compter un espace disque énorme. Malgré les défis techniques à relever, un nombre croissant de professionnels préfèrent utiliser le 4K dont l’avenir semble plus prometteur. En outre, il est possible de créer en 4K des prises d’effets pouvant être réinsérées, en toute transparence, dans un film 2K.

Les avantages indéniables du 4K en matière de coûts et d’utilisation laissent prévoir son développement en tant que format de mastérisation numérique, aux dépens du 2K.

4K et Ultra HD (UHD)

4K :
Le terme 4K est utilisé dans le cinéma pour qualifier une définition de 4096 × 2160, soit un total de 8,8 millions de pixels.
Il s'agit donc de la résolution originelle du 4K, basée sur un autre standard de diffusion du cinéma numérique : le DCI 2K. Le 4K arbore donc deux fois la résolution verticale et deux fois la résolution horizontale du DCI 2K et permet l'utilisation de plusieurs ratio d'images.

Le (faux) 4K Ultra HD
Le 4K UHD adopte une résolution de 3840 pixels pour 2160 lignes. Soit un total de 8,3 Megapixels pour un ratio 16:9.
L'image est donc strictement quatre fois plus définie qu'une image Haute Définition 1080p et est destinée à une pleine compatibilité avec les formats d'écrans actuels. C'est cette définition que la Consumer Electronics Association a tenté de renommer en "UHD". L'emploi du terme "Quad HD" est aussi en vigueur.

La Consumer Electronics Association (CEA) a officialisé en octobre 2012 l'appellation Ultra High Definition (Ultra HD) pour les téléviseurs proposant une définition de 3840 x 2160 pixels et par la même occasion aurait dû enterrer définitivement le terme « 4K » utilisé à tort par les constructeurs de téléviseurs1.

Cependant cette recommandation n'a pas pu empêcher l'usage chaotique du terme 4K ne le renvoyant plus à sa résolution d'origine de 4096 pixels de large, exploitée presque exclusivement par le cinéma numérique à différents ratio; mais couvre désormais abusivement un vaste champ de résolutions équivalent plus ou moins quatre fois la résolution d'une image Full-HD. De même le terme UHD désigne aussi aujourd'hui des résolutions de l'ordre du 2K ou du 8K.

Voir aussi : 6G (SDI 6G)

et

Storage Calculator


Storage Calculator

Envoyer Imprimer PDF

Vous en avez rêvé ? CTM l'a fait !

Enfin un outil qui permet de calculer l'espace disque en fonction de la compression utilisée.

CTM est heureux de vous annoncer la sortie officielle du storage calculator version I-Phone et I-Pad, l'application est gratuite.
Elle remplace et remets au gout du jour la première application proposée il y a queslques années compatible Mac et PC développée par CTM Solutions. Ce freeware, permet de calculer l'espace necessairesur vos disques de stockage pour une post-production, en fonction du format/codec utilisé (sous Avid , FCP, ou toute autres applications.

Il vous suffit de choisir le format/codec : HDV, DNXHD 220 X, SD 1:1, HD 1:1 ... et le CTM STORAGE CALCULATOR fait le reste !

SAV PUCE 

Disponibles gratuitement en téléchargement :


 Dernière version Gratuite :
(compatible I-Phone et I-Pad)

dispo_sur_appstore
  ICONE_SERVICES_ITUNES_iphone4s    ICONE_SERVICES_ITUNES_ipad
   
 et pour les nostalgiques...  

   ICONE_SERVICES_PC
Ancienne version PC
 
ICONE_SERVICES_MAC
Ancienne version Mac

CTM est heureux de vous annoncer la <a href="../../services_telechargement_fichier.php?cat=Storage+Calculator">sortie officielle du storagea>  calculator, application gratuite compatible Mac et PC développée par CTM Solutions. Ce freeware, permet de <a href="../../services_telechargement_fichier.php?cat=Storage+Calculator">calculer l'espace necessairea>
sur vos disques de stockage pour une post-production, en fonction du
format/codec utilisé (sous Avid , FCP, ou toute autres application)
<p>p>
<p>p><p>
&nbsp;
p>
<p>
<font size="2">- <strong><a href="../../services_fichier.php?id=220" target="_blank" title="CTM Storage Calculator.zip" class="services_liens_couleur">CTM Storage Calculator Version Maca>strong> font><font size="2"> / - <strong><a href="../../services_fichier.php?id=221" target="_blank" title="CTM Storage Calculator.exe.zip" class="services_liens_couleur">CTM Storage Calculator Version PCa>strong>font>
p>
<p>
Enfin un outil qui permet de calculer l'espace disque en fonction de la compression utilisée. Vous choississez le format/codec : HDV, DNXHD 220 X, SD1:1, HD 1:1, etc..... <br>
p>
<p>
Vous pouvez aussi calculer en ligne l'espace utilisé par vos
productions, avce l'outil Avid ci dessous (et sans télécharger
gratuitement le Storage Calculator autonome de CTM Solutions) pour les
resolutions Avid.
p>
<p>
Vous pouvez aussi calculer en ligne l'espace utilisé par vos productions, avce l'outil Avid ci dessous (et sans télécharger gratuitement le Storage Calculator autonome de CTM Solutions) pour les resolutions Avid.
p>
<p>
&nbsp;
p>
<p>
<object classid="clsid:D27CDB6E-AE6D-11cf-96B8-444553540000" codebase="http://download.macromedia.com/pub/shockwave/cabs/flash/swflash.cab#version=6,0,29,0" height="380" width="525">
<param name="movie" value="http://www.avid.com/Static/resources/common/flash/storage_calc_widget.swf">
<param name="quality" value="high">
<param name="menu" value="false">
    <param name="wmode" value="">
<embed src="http://www.avid.com/Static/resources/common/flash/storage_calc_widget.swf" wmode="" quality="high" menu="false" pluginspage="http://www.macromedia.com/go/getflashplayer" type="application/x-shockwave-flash" height="380" width="525">
object>
p>
<p>p>
td><td valign="top"><img src="images/news/icone_disquedur.jpg" border="0" hspace="5" vspace="5">td>tr>tbody>table><p align="center"><a href="services_print_page.php?type=0&id=575" target="_blank" class="services_liens_couleur"><b><font size="1">font>b><font size="1">font>a> - <span class="petit">
En

Il vous est aussi possible de calculer en ligne l'espace utilisé par vos productions (pour les resolutions Avid) en cliquant ici.

 

 

601

Voir UIT-R BT. 601

6G (SDI 6G)
Le SDI est une technologie utilisée pour le transfert des signaux Vidéos-Audio professionnels. Ce protocole permet de transporter les signaux entre les appareils sans sacrifier la qualité.

Pour un signal HD en progressif (1080p) une double liaison 3G-SDI est nécessaire (deux cables SDI = transmission sur chacun d'un flux SDI 3G). Il est ainsi possible de transmettre un signal en 1080p 12-bit 4:4:4 ou RGB avec l'audio et les métadonnées. Si votre signal est en HD, le format le plus "gourmand & qualitatif" en bande passante est le 1080p60, il n'est pas nécessaire de d'utiliser pour la transmission autre chose que du 3G-SDI. Il est aussi possible sur ce type de liaison (SDI Dual 3G) de transmettre un signal 2K; mais qu'en est il de la 4K ou de l'utra HD (aussi appelée UHD) ?

Avec la 4K ou avec l'UHD, il sera nécessaire d'utiliser des équipements permettant le tran,sfert (débit) des signaux sur des liaisons le permettant... ainsi une nouvelle norme appelée 6G-SDI est apparue chez les différents constructeurs.

La norme 6G-SDI est une norme SDI qui est destiné à être deux fois plus rapide que la 3G-SDI (2,97 Gbps), ce qui signifie qu'elle permet de fournir une charge utile de 5,94 Gbps.

En effet en fonction des différents formats / cadence images, etc... il est nécessaire d'adapter la liaison :

Les cellules vertes indique un transfert possible via la liaison, les cellules rouges indiquent une bande passante nécessaire trop importante par rapport à la liaison.

709

Voir UIT-R BT. 709

720P

Abréviation du format 720 lignes, balayage progressif. Défini par le standard SMPTE 296M et inclus aux normes de télévision ATSC et DVB, ce format se caractérise par 1 280 pixels par ligne, 720 lignes et 60 images par seconde balayées progressivement. Il est majoritairement utilisé par les professionnels de la diffusion devant transmettre dans une définition 720P. Grâce à son balayage progressif de 60i/s, le format 720P offre l'avantage de rafraîchir l'image à une fréquence suffisamment élevée afin de reproduire les mouvements en toute fidélité. Il est donc recommandé pour la diffusion de compétitions sportives, les ralentis sur des actions, etc.

74,25MHz

Fréquence d'échantillonnage couramment utilisée pour la luminance (Y) ou pour les valeurs RVB de la vidéo HD. Equivalant à 33 x 2,25 MHz, cette fréquence fait partie de la structure hiérarchique utilisée pour le SD et le HD. Elle est définie par les normes SMPTE 274M et UIT-R BT.709. Voir aussi : 2,25 MHz

 

 

AAF
Acronyme de Advanced Authoring Format. Cette norme ouverte de l’industrie de la post-production et de la création multimédia a été adoptée par de nombreuses sociétés, y compris Avid. Elle assure aux créateurs de contenu un échange plus facile de leurs médias numériques (vidéo, audio et métadonnées) d’une plate-forme ou d’une application à l’autre. Elle simplifie la gestion de projet et permet de gagner un temps précieux et de conserver les métadonnées indispensables, souvent perdues au cours des transferts.

Alors que c’est en phase de montage et de post-production que le volume de métadonnées est le plus important, l’incompatibilité des différents systèmes et applications a freiné leur interaction, interopérabilité et utilité. Le format de fichier AAF permet de transférer l’intégralité des informations entre applications conformes à cette norme.

Ainsi, les ressources audio et vidéo, les métadonnées, ainsi que les informations relatives à la manipulation et à l’assemblage du matériel (correction des couleurs, effets vidéo et coupures) sont disponibles en permanence. Les métadonnées transmettent également des informationsd’origine relatives au timecode, au code de fabrication, à la propriété, aux montages précédents, etc. facilitant ainsi l’extraction ultérieure d’archives et le contrôle des versions.

Voir aussi : EDL, MXF, OMFI

http://www.aafassociation.org

 

AC3 (encodage dolby)
Système de codage Dolby pouvant transporter des programmes audio de 1 à 5.1 canaux selon diverses configurations, développé pour la transmission de l’audio chez les consommateurs par une diffusion télévisuelle SD/HD numérique. Contrairement au Dolby E, cette technologie n’est pas adéquate pour des cycles de codages répétés.
academique
Le terme est appliqué aux spécifications dignes des standards de l'académie du cinéma (Academy of Motion Picture Arts and Sciences), telles que bande amorce académique, le format académique (pour les pellicules de film vierges), le décompte académique, etc.
accès aléatoire
Possibilité de déplacement instantané vers un point de la vidéo, sans avoir recours à la recherche rapide.
Adoucissement audio
Mixage des effets sonores, de la musique et des pistes audio du présentateur avec la piste audio de la bande principale du montage, généralement réalisé lors du mixage d'une production. Egalement appelé postproduction audio pour vidéo.
ADR
1. Automatic Display Replacement (remplacement automatique de l'affichage). Processus de lecture en boucle d'une partie spécifique de séquence et d'enregistrement automatique de plusieurs prises de vue de remplacement. 2. Remplacement automatique du dialogue dans un film. Egalement appelé doublage.
AES
Audio Engineering Society. Principale organisation internationale des utilisateurs et producteurs de l'audio au niveau professionnel. L'AES régit un comité de standards qui supervise le travail de plusieurs sous-comités et groupes de travail représentant les divers domaines de renforcement du son.
AES/EBU
Audio Engineering Society/European Broadcasting Union. Organisation de normalisation qui définit une structure de signal numérique pour entrée audio professionnelle sur les systèmes de montage vidéo Avid utilisant la carte SA 4. Cette structure de signal s'utilise généralement pour introduire du son directement sur des systèmes de montage vidéo Avid via une bande audionumérique (DAT), en évitant ainsi la numérisation ou l'enregistrement sur bande vidéo.
AIFF-C
Audio Interchange File Format- Condensed. Format de fichier son échantillonné permettant le stockage de données audio. Ce format est utilisé principalement comme format d'échange de données, mais peut aussi l'être comme format de stockage. Le format OMFI (Open Media Framework Interchange) inclut le format AIFF-C comme format d'échange usuel pour les données audio non comprimées.
ajout de transition
Transition ajoutée entre deux images consécutives d'un segment de séquence dans la timeline. Cela permet de créer des sections de segments distinctes et de faciliter la modification ou l'ajout d'effets dans une sous-section du segment.
Page:  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 Suivant »
Publicité :
Bannière
 

facebook_twitter
Bouton_Construire_son_MAM
Boutons_Location2
location BVM X300 location stockage 4K location console Avid S6
Boutons_Thunderbolt_UltraHD
Boutons_DdeBrochures
Avid video Avid audio CTM Film APPLE Media360

RSS CTM Solutions

Inscription Newsletters CTM

Inscrivez vous aux newsletters CTM
Email:
Prénom:
Nom:
Verification :

Entrer le texte de l'image

Navigation J'Argonoscope