CTM Solutions

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Navigation News News Audio Le son de Mesrine - L'ennemi public n° 1, avec Pro Tools

Le son de Mesrine - L'ennemi public n° 1, avec Pro Tools

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Après une dizaine d’année d’expérience et de collaborations sur des films aussi différents que Est-West, Le Pianiste, Un Long Dimanche de Fiançailles, Les Brigades du Tigre, Taken ou encore le Transporteur II, Alexandre Widmer a intégré l’équipe qui vient d’être récompensée par le César du Meilleur Son pour Mesrine, L’ennemi public n°1 et L’instinct de mort où il officiait en tant que chef monteur son FX aux côtés de John Goc et Sébastien Jeannot, ses deux assistants. Il nous a reçus dans les locaux d’Analog Factory, une structure où le matériel Digidesign est particulièrement à l’honneur :

Passionné par les polards des années 70, grand fan de belles voitures et de beaux sons de moteurs, Alexandre Widmer a pu mettre sa passion et son expérience au profit du film : "Je suis souvent intervenu sur des films où les scènes de voiture ont de l’importance. Sur Mesrine – L’ennemi public N°1 et L’instinct de mort, nous avons commencé à placer plusieurs micros à des endroits stratégiques, à l'intérieur comme à l'extérieur et à garder ces couches synchrones au montage. Ensuite, nous étions à même de répondre à toutes les situations en ouvrant ou en fermant les pistes. D'une manière générale, quand les voitures sont au premier plan, je n’aime pas tricher, je préfère le côté réaliste, quitte à me montrer parfois un peu tatillon" résume-t-il.

Ayant obtenu de la production la possibilité de faire des séances de prises de sons additionnelles, il choisit d'étoffer les sons d'armes à feu et de voitures en demandant tout d'abord main forte à Jean Minondo, l'ingénieur du son du film. "Au total 2000 balles à blanc provenant d'une vingtaine d’armes différentes (M16, Kalashnikov, 357, Luger…) ont été tirées et enregistrées en multipiste sur une journée." Puis vient le tour des sons de voitures qu’il enregistre épaulé par Lucien Balibar avec une logistique impressionnante. "Nous avions à disposition des Renault (R8, R17, R16, R14), une DS, une 505, une Alfa Roméo coupé Bertone, mais aussi une Cadillac, une Triumph cabriolet TR4 et un Dodge Pickup 4X4 qui apparaissent dans le film, sans oublier bien sûr la mythique BWM 528i de Jacques Mesrine avec le fameux 6 cylindres en ligne au son tellement typé. Pour moi c’est de la poésie ! Comme j'avais emporté la vidéo sur le circuit, je pouvais montrer les scènes au cascadeur, ce qui nous permettait de refaire précisément toutes les actions. A 160 km/h dans un virage dans une R16, tu crois que tu vas mourir, mais pour obtenir un son intéressant, il faut y aller franchement ! Jean-François Richet voulait que le son soit présent, spectaculaire mais sans pour autant gifler le spectateur en rajoutant des basses comme font les américains. Grâce à des prises de son soignée, les sons avaient naturellement une grande dynamique."

Le logiciel Pro Tools dispose d’une flexibilité qui permet vraiment d'optimiser les ressources des stations en fonction des besoins de la bobine.

Le montage s'est déroulé de mi-Avril jusqu’à début Septembre d'abord chez SIS Paris et ensuite aux auditoriums de Boulogne. "Nous sommes venus avec trois de nos stations Pro Tools HD2" précise Alexandre. "Nous étions équipés de l’option vidéo Mojo qui permet de récupérer directement les vidéo Mixdown en provenance d’Avid bien plus rapidement que via des exports QuickTime ou des sorties sur bande. Notre Session modèle de départ comptait environ 160 pistes, un chiffre qui peut paraître excessif, mais qui est pleinement justifié par la répartition thématique adoptée pour les Stems d'effets. Par exemple, pour les armes, nous séparons les tirs, les reverb, les dissipations, les impacts, les ricochets de façon à ce que le mixeur puisse au besoin réagir directement sur les Stems grâce à un master fader, voire sur les LCRLsRsSw s’il faut changer l’équilibre surround." Outre la fiabilité et la contribution du Workspace dans la gestion rapide des fichiers, Alexandre Widmer apprécie la flexibilité de son outil de prédilection: "Quelque soit la situation, Pro Tools nous a permis d’être très à l’aise dans ce qu’on faisait, tout a roulé nickel même sur des Sessions qui pouvaient atteindre 192 pistes. Avec Pro Tools, tu charges le système et ça tient le coup ! En fait quelque soit la puissance disponible, le logiciel Pro Tools dispose d’une flexibilité qui permet vraiment d'optimiser les ressources des stations en fonction des besoins."

Encadros L’équipe son de Mesrine, l’ennemi public, l’instinct de mort :
Jean Minondo : Prise de son ;; Gérard Hardy et Loïc Prian : montage son/Ambiances, Alexandre Widmer, John Goc et Sébastien Jeannot : Montage son/FX, Hervé Buirette : Enregistrement bruitage et Co-Mixeur , François Groult : Chef Mixeur.

Partager cette page

Publicité :
Bannière

linkedin_gray50facebook_gray50Twitter_gray50

Boutons_Location2
location BVM X300 location stockage 4K location console Avid S6
Boutons_Thunderbolt_UltraHD
Boutons_DdeBrochures
Avid video Avid audio CTM Film APPLE Media360

RSS CTM Solutions

Inscription Newsletters CTM

Inscrivez vous aux newsletters CTM
Email:
Prénom:
Nom:
Verification :

Entrer le texte de l'image

Navigation News News Audio Le son de Mesrine - L'ennemi public n° 1, avec Pro Tools